Subscribe by Email

Socialize

FacebookTwitterRSS

Journée internationale de la liberté de la presse :Les dossiers oubliés de la presse au Cameroun

Les médias camerounais se sont encore mobilisés ce jeudi 3 mai 2012, à l’occasion de la 22e édition de la journée internationale de la liberté de la presse.C’est le 19 décembre 1990, qu’une loi sur la liberté de la communication sociale a été votée puis promulguée dans le monde. Dès lors, cette loi a entrainé plusieurs conséquences notamment : la suppression de la censure administrative préalable, le monopole de l’Etat sur les ondes de diffusion qui a été abrogé, le métier de journaliste a été défini et organisé conformément aux principes universellement reconnus. Toutefois, ce ne sont pas que les médias qui semblent être concernés par cette journée.

En effet, le Ministre de la communication, Issa Tchiroma Bakary a donné le ton, pour l’organisation de cette journée à Yaoundé. On a d’abord eu droit au lancement du grand prix national : «liberté de la presse pour la paix et le développement», le 23 avril dernier. Puis, l’organisation d’un mini-salon de la presse qui se tient pendant deux jours (du 2 au 3 mai) à l’esplanade du Mincom. Et enfin, la communication de la Directrice de l’Unesco et du ministre de la communication, avant de se clôturée par une grande soirée de gala. C’est donc une journée au cours de laquelle, les médias sont appelés à vendre leur image et leurs produits. Cependant, la liberté de la presse rencontre beaucoup de défis au Cameroun. Certains journalistes confondent liberté et libertinage. Par ailleurs, il demeure également l’épineux problème de l’application de la convention collective dans les entreprises de presse. Selon certains journalistes, directeurs de publication et même selon le Mincom, la convention collective n’est pas effective dans tous les organes de presse, qui ont signé cette convention. La Nouvelle Expression a fait une incursion dans quelques rédactions pour relever les avis des directeurs de publication sur l’état de la liberté de la presse au Cameroun.

Arthur Wandji | Vendredi, 04 Mai 2012 | LNE