The page you were looking for doesn't exist.

You may have mistyped the address or the page may have moved.

viagra newxt day

If you are the application owner check the logs for more information.

WIKILEAKS: L’AFFAIRE ALBATROSS REVISITEE – QUI GAGNE ET QUI PERD?

Afin de nous éclairer un peu plus sur les accussations portées contre Marafa Yaya Hamidou et Cie, nous avons pensé qu’il était important que nous publions le dossier Wikileaks qui relatait déjà les enjeux de cette fameuse affaire qu’est “l’ Affaire Albatross”, qui est très liée a l’Opération Epervier.

Lors de sa publication, les informations obtenues par Julian Assange de Wikileaks présentaient déjà les hommes forts de ce dossier, ainsi que les problèmes à venir pour les uns et les autres. Quelque part dans le document, il était fait mention de règlement de compte politique. Ce dont Marafa Yaya semble faire allusion à travers ces trois dernières correspondances. En outre, les personalités impliquées dans le document sont soit pour la plupart en prison, ou sont encore entendues par les autorités, à l’exception d’Adolphe Moudiki de la SNH, Michel Meva Eboutou ancien ministre des finances,  et Alain Mebe Ngo’o de la présidence.

Fait important, est l’implication directe du chef de l’état Paul Biya dans cette opération. Le document indique dans son para. 3 que c’est Biya qui aurait autorisé le transfert de 29 millions de dollars de la SNH à la Camair, via le ministère des finances. Ce transfer avait été remis en question par les autorités de Boeing qui auraient prévenu Marafa que les institutions financières internationales ne veraient pas d’un bon oeil cette transaction. D’où le circuit emprunté par “popol” pour acquérir un nouvel aéronef.

S’il est tout à fait normal que le chef de l’état du Cameroun veuille avoir un nouvel avion, car l’objectif était de remplacer le “Pelican” (encore un nom d’oiseau) déjà bien amortit et usé par les déplacements de l’ancien président Ahmadou Ahidjo, il n’en reste pas moins vrai que le contexte et le timing ne s’y prêtait pas. Situation économique du Cameroun oblige.

Mais comme le “Prince de Mvomeka’a” est intouchable, il lui fallait un moyen de transport pour faire ses aller-retour à Genève, confortablement assis.

Aujourd’hui, le peuple camerounais se retrouve devant une situation inédite où, plus ou moins une quinzaine de ses élites sont en prison. Combien tout ceci coûte au contribuable? personne ne nous donnera le chiffre exacte. Mais si nous poussons un peu dans la réflexion, nous pouvons dire sans nous tromper que certains parmi ces condamnes, qu’ils soient à New-Bell ou à Kondengui, ou dans d’autres prisons du pays, ont obtenus des bourses du Cameroun pour payer leurs études. Au lieu de servir leur pays et leurs concitoyens, ils se sont servis. Sur le plan des affaires, il y a cassure d’un suivi entre ces personalités qui étaient aux affaires et les interlocuteurs étrangers qui en général préfèrent traiter avec des gens qui maîtrisent les dossiers, donc pas de continuité. Il y par conséquent un manque à gagner que nous ne saurons chiffrer car combien d’hommes d’affaires ont annuler une transaction dans notre pays suite à cette distraction. Sur le plan de l’image , incontestablement le Cameroun dont l’image nétait pas déjà très reluisante, s’enfonce encore un peu plus dans les “ténèbres”. Biya a confirmé aux yeux du monde qu’il a choisi de s’entourer pendant trente ans des hommes et des femmes sans aucune intégrité, qui n’ont aucun respect pour la chose publique. Enfin, une autre conséquence de ce désastre politico-judiciaire, est la non-transmission de savoir, de connaissance et de pouvoir de façon trditionelle comme on voit dans toute société. Ces élites qui sont pour la plupart dotéés de connaissance dans leur domaine respectif moisissent en prison alors que la génération à venir attendait le passage du relais. Cette dernière occupe les postes et doit apprendre sur le tard.

Comment sortons-nous donc de cette impasse? au delà d’une justice que nous souhaitons irreprochable afin que toute la vérité soit établie, Paul Biya doit nous rendre un grand service. Il doit s’adresser au peuple et le rassurer qu’il ne met pas ses opposants en prison. Mieux encore, il doit nous dire ce qu’il connait de cette affaire et jusqu’où il s’est impliqué. S’il a fait des erreurs, cela doit être connu. Sans quoi, l’attitude du peuple vis à vis de son gouvernement en général sera de plus en plus méfiante, et le seul gagnant sera Biya.

Cameroonwebnews| 23 Mai 2012

Télécharger le document de Wikileaks

WIKILEAKS-Cameroon Corruption – Albatross Affair – 4-6-2008

Enhanced by Zemanta
email