KAISSA PAKITO: Les « Sans Avis » n’ont jamais été déchus des « Sans Visas ».

C’est en cette matinée mouillée par les pluies de la veille, et où le soleil a de la peine à se montrer dans le ciel de Yaoundé, que Kaissa Pakito, leader des « Sans Avis » nous a recu pour nous donner de ses nouvelles, et surtout pour nous parler de son dernier Opus « ZEN ATTITUDE ». C’est un artiste plein d’humilite, de vigueur de surtout dote d’une joie de vivre que nous avons eu le privilege de rencontrer sur une terrasse de la ville des sept collines.

Cameroonwebnews: Bonjour Kaissa Pakito
Kaïssa Pakito:Bonjour également à tous ceux qui me lisent à travers vos colonnes et au delà.

Cameroonwebnews: Quand on parle de Makossa, le Cameroun en est l’initiateur dans le monde musical. Son rythme cadencé nous entraine avec ses mélodies carrément inoubliables et une harmonie vocale des plus prisée. C’est de cette façon que le « Makossa »dérive de plusieurs styles musicaux et en crée même! De ce fait, pensez–vous Kaïssa Pakito que vous avez une empreinte dans ce monde très élogieux qu’est celui du Makossa ?
Kaïssa Pakito: Vous savez chacun a son originalité dans tout ce qui se fait, et particulièrement dans la création musicale. Et je pense avoir déjà apporter beaucoup dans mon domaine et il y a bien des jeunes qui cherchent à s’apparenter à moi,donc ca veux dire que j’ai une empreinte dans ce domaine

Cameroonwebnews: « Les sans visas » est un groupe d’artistes talentueux sélectionnés avec les soins du grandiose et célébre Adolphe Claude Moundi alias PETIT PAYS artiste musicien et légende du Makossa au Cameroun. C’est grâce à lui et par l’intermédiaire des « Sans Visas » que le Public vous découvre. Comment êtes vous réellement arrivé à intégrer « Les Sans Visas »?
Kaïssa Pakito:-J’avais travaillé avec quelques musiciens des “Sans Visas” dans les concerts scolaires et depuis ce temps, j’ai gardé de très bonnes relations avec eux. Et c’est de cette façon qu’un jour de 1996, Sylvain Ngondy le chef d’orchestre de ce groupe m’a appelé après le départ de Jojo Moussio (chanteur principal) pour le remplacer dans une tournée en Côte-d’Ivoire et c’est donc à partir de ce moment que commence mon experience avec ce groupe.

Cameroonwebnews: Votre départ au sein de ce groupe mythique a-t-il influencé votre carrière solo ?
Kaïssa Pakito: Disons qu’à un moment donné, je me suis senti capable de voler de mes propres ailes. J’ai donc pris l’initiative de me lancer dans une carrière solo.

 

Cameroonwebnews: Que pensez-vous des autres poulains de l’écurie de PETIT PAYS qui ont volé de leurs propres ailes ?
Kaïssa Pakito:Vous savez, je ne peux pas juger la carrière des autres, seul le public nous donne des points et nous les retire. Mais je pense à mon humble avis que chacun a pu tirer son épingle du jeu, notamment Njohreur et Samy Diko, pour ne citer que ceux-là!

Cameroonwebnews: Pensez-vous avoir atteint vos objectifs dans la musique ?
Kaîssa Pakito:Bien sur que non, mes objectifs ne sont pas atteints car je suis un éternel insatisfait, et je veux toujours aller plus loin que la perfection et faire encore bien de choses dans ce vaste domaine qu’est la musique. Vous savez, j’aimerais faire beaucoup plus que ça, mais nous sommes parfois limité par les moyens. Je dois ajouter qu’il y a bien de choses que j’ai faite qui me donnent beaucoup de satisfaction, par exemple je pense avoir révolutionné la façon de conçevoir le clips pour les chanteurs de Makossa.

Cameroonwebnews: L’apparence physique de certains artistes joue un rôle important dans leur originalité ; vous de votre côté avez choisi de faire des tresses qui pour la plupart siéent à des chanteurs de Rap, R’N’B entre autres. Ce look passe t-il facilement dans le milieu du Makossa ?
Kaïssa Pakito:Je me fais des nattes et je me sens bien dans ma tête peu importe ce que les gens en pensent et je puis vous dire que ma fille n’aime pas trop ce look et je lui ai dit que c’est un élément de travail pour essayer de la convaincre,ah ah ah ah ah !

Cameroonwebnews: A un moment l’on pouvait voir dans les chaines de télévision locales un groupe apparemment proche des « Sans visas » par le nom formé comme un anagramme qui s’est transformé en « sans avis » qu’en est-il aujourd’hui ? Etait-ce une pâle copie des « Sans visas » ? Ou bien des artistes musiciens déchus des « Sans visas » ?
Kaïssa Pakito: Les « SANS AVIS » n’ont jamais été déchus des « Sans visas » et ne sont pas une pâle copie de ce groupe. En revanche, c’étaient des membres à part entière de ce groupe, je dirais même les pionniers de ce groupe qui ont décidé de faire chemin à part avec le leader fondateur de ce groupe. Les « SANS AVIS » dont jétais un des membres avions donc toujours eu d’autres aspirations et c’est naturellement que nous avions decidé de voler de nos propres ailes et faire des choses comme nous le pensions,sans déclarer la guerre à Petit Pays.

Cameroonwebnews: Le Public vous découvre avec cette fameuse chanson interprétée avec Samantha Fox la « Turbine ». Pensez-vous avoir parcouru du chemin depuis cette chanson ?
Kaïssa Pakito: SAMANTHA reste une soeur pour moi car nous avons vécu des choses immenses au début de nos carrières respectives,et parrallèlement je pense avoir parcouru beaucoup de chemin après cette experience. Par exemple, cet album m’était imposé. Mais maintenant, c’est moi qui impose mes goûts et mes couleurs dans tous mes albums; que ce soit en studio ou dans les réalisations audiovisuelles,j’ai beaucoup muri dans ce métier.

Cameroonwebnews: « Zen attitude » est votre nouvel album pouvez-vous nous en dire plus ?
Kaïssa Pakito:“ZEN ATTITUDE” est un album que j’ai conçu en toute “zen attitude”, sans me fier à ce que disent les gens de méchants sur ma personne et tout en ayant ma tête sur les épaules,avec beaucoup de passion surtout. Je l’ai travaillé d’abord avec mon groupe les “Sans Avis” et surtout avec mes deux petits “frères” Haoussa Drum’s et Abdùl YAYA(dans son studio) depuis 2010. Puis il y a eu plusieurs collaborations telles que Bobby Mignon,Jacky Kinguè qui a composé une chanson pour l’album et qui m’a aussi assisté en studio. Sans oublier les participations de Blaise Chégué et de Nguébo Solo au mix et mastering.

Cameroonwebnews: Vous collaborez assez souvent avec des artistes tels que Roggy Stentor, Jacky Kingue, et Haoussa Drum’s. Peut-on dire que vous êtes un artiste accompli?
Kaïssa Pakito:Non pas du tout. Nous avons toujours besoin des uns et des autres, bien que ce n’est pas toujours facile d’accorder nos égos. Mais pour finir, nous nous complètons bien. C’est le plus important.

Cameroonwebnews: Quels conseils Donneriez-vous à un jeune qui veut se lancer dans une carrière musicale ?
Kaïssa Pakito:A un jeune, je dirai ceci. Si vous voulez faire une carrière dans la musique, soyez très patient et surtout très passioné le reste suivra.

Cameroowebnews:Merci Kaïssa pour et j’espère qu’on vous continuerez toujours à nous apporter autant de bonheur
Kaïssa Pakito: Merci à toute l’équipe et bien de choses à vous et j’espère qu’à travers vos colonnes je trouverais un éditeur pour mon album car je l’ai déjà terminé. Maintenant je suis à la recherche des professionnels de la production pour faire le reste,merci et bon vent à vous!

© Propos recueillis par ODILE ARIANE | 8 Juin 2012 | Cameroon Web News
Email Pakito: kaisapakito1472[at]yahoo.fr
Téléphone:+237 99 97 16 55

Enhanced by Zemanta