�If you have something to say, say it here on cameroonwebnews�

Cameroonwebnews.com

Actualités, Opinions, Blogs et Videos sur le Cameroun

�Si vous avez quelque chose à dire, dites le sur cameroonwebnews�

Les universités d’Etat paralysées

Posted by Admin on Feb 9th, 2010 and filed under Politique. You can follow any responses to this entry through the RSS 2.0. You can leave a response or trackback to this entry

Par Georges Alain Boyomo| 09 février 2010 | Mutations

Universités d’Etat : Le personnel administratif paralyse Yaoundé I et II

Il a revendiqué hier de meilleures conditions de vie et de travail.

Le président du syndicat national des personnels d’appui des universités d’Etat du Cameroun (Synapauc), Michel Bilong et ses camarades pavoisaient pratiquement hier en fin d’après midi. Durant toute la journée du lundi 8 février, les bureaux administratifs des universités d’Etat (en dehors de l’université de Maroua) ont été quasiment désertés, selon les témoignages des syndicalistes.

Au sein des universités de Yaoundé I et II, la plupart des agents ont passé le plus clair de leur temps loin de leurs postes de travail. «Nous avons ouvert nos bureaux, puis nous sommes restés dans la cour. Il s’agissait d’une grève non violente. Les recteurs Oumarou Bouba de Yaoundé I et Tabi Manga de Yaoundé II ont pris l’affaire à leur compte, pourtant la résolution de nos problèmes dépend plutôt à leur hiérarchie», a indiqué un agent en service à l’Université de Yaoundé II-Soa.

Ce dernier s’empresse d’ajouter que des étudiants n’ont pas pu obtenir certaines pièces à cause de ce débrayage. Ce qui constitue un préjudice pour eux à quelques jours des examens de fin du premier semestre. Toujours à cause du mouvement d’humeur du personnel administratif, certains étudiants ont eu de la peine à plancher hier dans le cadre des contrôles continus.

Tous les ingrédients étaient dès lors réunis pour que le ministre de l’Enseignement supérieur instruise une réunion de concertation entre le président de la conférence des chefs des institutions universitaires du Cameroun, Bruno Bekolo Ebbé et les représentant du Synapauc, au campus de Soa.

Amendement

On y a également noté la présence du chef de la division de promotion du dialogue social universitaire au Minesup, M. Ngameni, du recteur de l’université de Yaoundé II, Jean Tabi Manga et des vice-recteurs des 7 universités d’Etat du Cameroun. Au terme des travaux qui ont duré plus de 4h de temps, deux points saillants ont été retenus d’accord parties.

Premièrement, les participants ont constaté que le projet de convention collective nationale des institutions universitaires publiques du Cameroun, adressé au ministre de l’Enseignement supérieur par le Synapauc, a été amendé par un comité ad hoc composé des vice recteurs chargés du contrôle interne et de l’évaluation.

Ceci conformément à la résolution 9.3 de la session du 3 décembre 2009 de la conférence des chefs des institutions universitaires tenue les 5,6 et 7 février 2010. La version amendée de ce document a été remise séance tenante au président national du Synapauc, Michel Bilong. Lequel estime que «dans sa globalité, le texte épouse les points de vue du personnel administratif des universités d’Etat».
En second lieu, il a été convenu que cette version amendée du projet de convention collective sera validée par la conférence des chefs des institutions universitaires et soumise au Minesup au plus tard le 28 février prochain. C’est pour ces deux raisons que le Synapauc a «décidé de lever le mot d’ordre de grève afin de ne pas compromettre la sérénité du fonctionnement des institutions universitaires et permettre au processus ainsi enclenché d’aboutir harmonieusement dans l’intérêt de toutes les parties».

Toutefois, Michel Bilong précise que «si rien n’est fait d’ici le 1er mars prochain, nous allons de nouveau manifester notre mécontentement». Au cours de la cérémonie de présentation des vœux du nouvel an le 28 janvier dernier, le ministre de l’Enseignement supérieur Jacques Fame Ndongo n’avait pas uniquement reçu des bouquets de fleurs.
Le président du syndicat national des personnels d’appui des universités d’Etat (à l’exception de l’université de Maroua où cette composante se constitue encore) avait saisi cette occasion pour remettre au Minesup le projet de convention collective nationale des personnels d’appui des institutions universitaires publiques du Cameroun dont l’aboutissement est attendu depuis 5 ans.

Leave a Reply

Advertisement