Cameroun: Pierre Kwemo et l’UMS démantèlent la citadelle RDPC à Bafang

Elections 2013 – Ouest : L’UMS prend les commandes de la mairie de Bafang

L’usure du pouvoir, la corruption, le nepotisme, le favoritism ont eu raison du RDPC dans le Haut-Nkam qui a cédé face aux assaults de Pierre Kwemo.

Disqualifiée pour la course aux législatives dans le Haut-Nkam pour non respect de l’approche genre, l’Union des mouvements socialistes (Ums), contrôlera cette commune pour les cinq prochaines années.

Champion des requêtes auprès de la chambre administrative de la Cour suprême ou devant la totalité des chambres de l’auguste juridiction siégeant en lieu et place du Conseil constitutionnel, Pierre Kwemo, ancien vice-président à l’Assemblée nationale sous les couleurs du Front social démocrate (Sdf en anglais) et président de l’Union des mouvements socialistes(Ums) ne doit pas passer cette fois par la Justice pour jouir de son mandat électif. En effet, suite à la proclamation des résultats des élections municipales du 30 septembre dernier dans la commune de Bafang, la liste conduite par Pierre Kwemo pour le compte de cette formation politique créée il y a deux ans vient de prendre les devants pour le contrôle de la commune de Bafang.

Arrivé en tête à la suite des dépouillements des procès-verbaux, le parti de Pierre Kwemo est crédité de 19 sièges sur les 25 que compte cette municipalité. Le Rassemblement démocratique du peuple camerounais (Rdpc) comptabilise 05 sièges alors que le Mouvement citoyen national camerounais(Mcnc) a un seul siège. Malgré tout, les cadres de l’Ums n’entendent pas se pourvoir en justice contre ce qu’ils considèrent comme des « irrégularités orchestrées par le parti au pouvoir ».

Guy Modeste Dzudie | 3 Octobre 2013 | Le Messager

Enhanced by Zemanta
email