404 Not Found


nginx/1.4.6 (Ubuntu)

Carnet de Route: Après Paul Biya, l’Est se réveille.

 Les habitants de l’Est Cameroun ont timidement repris leurs activités paralysées par la pose de la première du barrage Lom Pangar et le tronçon Ayos-Bonis a enfin été inauguré.

 Au lendemain du séjour du Paul Biya dans la région de l’Est Cameroun, les populations de cette partie du pays semblent avoir sursauté après un long sommeil dans lequel elles étaient plongées depuis qu’elles avaient appris que le Chef de l’Etat passerait quelques temps chez elles. Robert, un enseignant rencontré au lieu dit « dernier poteau » à Bertoua révèle que ce n’est que deux semaines après le passage du Président de la République dans leur ville que l’administration a recommencé à bien fonctionner. Il note par exemple que leurs dossiers de contractualisation ou d’affectation sont

restés en souffrance durant plusieurs jours dans les bureaux administratifs en charge de cette question. Du coup, dans quelques services publics parcourus une dizaine de jours après l’évènement de Lom Pangar, la visite du chef de l’Etat continuait d’être sur toutes les lèvres et d’alimenter les commentaires, surtout que les populations de l’Est espéraient que Paul Biya annoncerait la construction d’une Université dans leur région. Autour de la gare routière et du carrefour réputé « Immeuble Dabbadji », certains se réjouissent de la fin des patrouilles de police, gendarmerie et autres forces de l’ordre dans la ville. Ces dernières écumaient la région du soleil levant, question de la laver de toutes impuretés avant l’arrivée du Chef de l’Etat, des hautes mesures de sécurité complétées par la circulaire du gouverneur de l’Est qui avait instruit la fermeture des bars et autres débits de boisson à 18heures.

 

L’arrivée de Paul Biya dans la région de l’Est pour la pose de la première en vue de la construction du barrage de Lom Pangar entre les 2et 3 Août dernier a tout de même permis aux populations de bénéficier de la construction de la route menant à leur ville en provenance de la capitale politique Yaoundé. Ainsi, les villes de Doumé, Abong-Mbang, Dimako,Yokadouma, Bertoua sont désormais reliées entre elles par une voie bitumée et bien tracée. « Beyrouth, n’est plus un village » a d’ailleurs lancé Benjamin, journaliste dans la ville de Bertoua. De plus, les travaux effectués sur le tronçon Ayos-Bonis ont été réceptionnés vingt jours après par le Premier Ministre camerounais. Philémon Yang, inaugurait ainsi un axe routier dont le marché a été attribué en 2003et le lancement en 2005 par le premier coup de pioche donné par l’ex-premier ministre Inoni Ephraim. Il aura donc fallu attendre neuf ans pour que les villes de Yaoundé et Bertoua soient véritablement reliées entre elles. Le tronçon Ayos-Bonis long de 191Km et dont le coût total des travaux est estimé 54 milliards 107millions 442mille 719francs CFA, n’avait jusqu’ici pas manqué d’alimenter les polémiques ; l’une de ses actualités récentes se révèle être le résultat d’une enquête de la Commission Nationale Anti-corruption. La CONAC a en effet fait savoir que des détournements de plus 33milliards de francs Cfa ont été constatés autour de l’exécution des travaux de construction de ce tronçon. A l’inauguration de la route ce 23août, Philémon Yang a promis aux populations de l’Est que d’autres voies seront aménagées. Il ya par exemple les voiries Atok et AbongMbang(5km), l’axe Manjou-Yokadouma et les bretelles Mbama-Messamena(38km), et Manpang-Angossa. Les études de faisabilité et de marché ont été confiées en 2008 à une entreprise, combien de temps faudra t-il attendre pour la réalisation des travaux ? C’est là toute la question.

Enhanced by Zemanta
email